Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Question pour un champion (6ème partie) - Thème : le syndic qui ne paye jamais les prestataires !

Top, c'est parti.

Encore plus malhonnête que mes collègues, je sévis depuis plusieurs années. J'aurais procédé au détournement de quelques 750 000 euros, et sans doute beaucoup plus.

Condamné par les Tribunaux, je tire les ficelles, j'ergote et, en bon acrobate, je retombe sur mes pieds après une pirouette. Inscrit au tableau des syndics de l'I.P.I. (Institut des Professionnels de l'Immobilier), traduit devant les instances disciplinaires de cet organisme, je tergiverse, noie le poisson et, après bien des péripéties et des mois et des années de procédures, je figure toujours aujourd'hui sur la liste des syndics reconnus. Je continue donc mes ravages en toute impunité. Je propose mes services dans nombre de copropriétés que je m'empresse de dépouiller aussitôt.

Ma technique est élémentaire : je ne paye pas les fournisseurs. Je transfère simplement le montant des factures sur mon compte personnel. Les réclamations des fournisseurs impayés prennent le chemin du panier. Les copropriétaires ne sont au courant de rien, et roule Pedro ! Les Commissaires aux Comptes, les copropriétaires un peu benêts, confiants et incompétents comme toujours en copropriété, n'y voient que du feu. Et le temps s'écoule. Et mon syndic s'enrichit.

Question pour un champion (6ème partie) - Thème : le syndic qui ne paye jamais les prestataires !

A bout de patience et après moult lettres recommandés, les fournisseurs se sont résignés à assigner les copropriétés en paiement de leurs factures. Conformément à la loi, les copropriétés étaient représentées devant les juges par mon syndic qui a fait défaut. Les copropriétés ont ainsi été condamnées à payer les fournisseurs. Ceux-ci ont signifié les jugements à mon syndic, et je m'en contrefiche. Et je fais le mort. Normal, je suis pas syndic pour rien.

Finalement, les huissiers se sont présentés aux portes des copropriétés. Les copropriétaires sont tombés de haut en apprenant leur infortune. Des appartements ont été saisis et mis en vente publique. Des copropriétaires sont aujourd'hui ruinés.

Et pendant ce temps là, mon cabinet court toujours. Je continue mon business pépère tranquillou. Je m'introduis dans de nouvelles copropriétés. Je les dévaste, les dépouille, les détrousse ; je ne laisse qu'une terre brûlée derrière moi.

Et, bien entendu, personne ne m'arrête : ni la Justice, ni la Police, ni les autorités constituées. C'est le silence. Impuissance ou complicité ?

Incontournable et intouchable selon la Loi et les Juges, mon syndic est omnipotent. J'exerce mon beau métier d'escroc sans contrôle, en toute tranquillité, en toute impunité.

Je suis, je suis... ?

Tag(s) : #Bien mal acquis...

Share this post

Repost 0
To be informed of the latest articles, subscribe: