Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Le courrier de mécontentement suivant a été directement envoyé à Thierry Michel, pour le syndic SDC / Société Dionysienne de Copropriété.

Il s'agit d'une copropriété située à Pierrefitte ; le contenu de ce courrier en dit long, une fois de plus, sur les méthodes employées par le syndic SDC pour gérer des copropriétés.

Le syndic SDC, toujours aussi efficace pour lutter d'arrache-pied contre l'insalubrité !

Seront souligné en gras, les problèmes récurrents qui peuvent être rencontrés dans les immeubles gérés par le syndic SDC. Sur ce courrier, tout y passe : calcul des charges d'eau, impossibilité d'obtenir la liste des adresses des différents copropriétaires , frais de tenue de compte très onéreux du compte bancaire de la copropriété, absence de réaction du syndic sur les travaux d'entretien à effectuer...

 

"M. Michel
S.D.C
127 rue Gabriel Péri
Saint Denis

Pierrefitte le 2 février 2017,

Monsieur Michel,

Je vous sollicite par la présente afin d’attirer votre attention sur plusieurs problèmes concernant mon logement et la copropriété du (...) Pierrefitte-sur-Seine où je réside et votre gestion de ceux-ci.

Tout d’abord, je viens de recevoir par suivit de courrier mon appel de charges car il a été envoyé à mon ancienne adresse (...)… Je suis venue vous rencontrer en septembre, et nous avons largement parlé du fait que j’habitais l’appartement au (...), mon adresse est donc bien celle-ci, merci de m’y envoyer désormais  mon courrier.

1) Durant l’été 2016, une fuite d’eau provenant du commerce avait été réparée et indemnisée par l’assurance du commerce cet été, ils vous ont versé 400 euros qui doivent servir à la réfection de ma cave et en tous cas me revenir, merci de me faire rapidement parvenir le chèque ou d’organiser les travaux de réfection du plafond et du sol au plus vite.

2) Je vous ai sollicité plusieurs fois dès juin 2016 au sujet de fuites d’eau sur le toit... J’avais parallèlement déclaré le sinistre à mon assurance qui m’avait répondu que le syndic devait résoudre le problème et qu’ils s’occuperaient ensuite des dégâts à l’intérieur de mon logement. Le dossier est donc ouvert en attente auprès d’eux depuis cette date vous trouverez en pièce jointe leur attestation. Vous ne vous êtes aucunement occupé de ma demande. Contre mon avis, vous m’aviez seulement envoyé un plombier… qui bien évidement n’a rien pu faire... puisque c’est un couvreur qu’il fallait envoyer comme je vous l’avais demandé au téléphone… aucun couvreur ne s’est jamais présenté malgré les relances de ma part auprès de votre société…
Ce laxisme a entrainé une dégradation inquiétante du toit qui s’est encore plus abimé et des fuites en plusieurs endroits endommageaient dangereusement mon logement, le toit et le bâti de l’immeuble. Alors que je faisais changer mes velux, le couvreur a fait pour moi l’état des lieux : La cheminée était complétement cassée, détrempée d’eau, elle partait en miettes et n’allait pas tarder à s’effondrer, causant d’énormes dégâts matériels et possiblement des accidents de personnes. Une partie du toit était complètement détériorée, et n’aurait pas manqué de s’envoler à la prochaine tempête… A qui serait revenue la responsabilité de tels incidents ?
Afin d’attester de l’état désastreux de la toiture j’ai demandé à (...) inspectrice du service d’hygiène et salubrité de la mairie de Pierrefitte, de passer voire et de faire un rapport, j’attends son document.
A la vue du danger encouru, de l’urgence de la situation et de votre ingérence chronique de ce dossier et du reste de l’immeuble, je n’ai eu d’autre choix que de faire procéder à nos frais (M. (...) copropriétaire a partagé la facture avec moi) à la réfection du toit.
Traditionnellement les travaux auraient dû être votés d’urgence en AG, mais malgré vos promesses d’en organiser une au mois de novembre 2016 au plus tard, aucune AG ne s’est tenue, et rien n’a donc pu être voté…
Il va sans dire que les sommes que nous avons avancées (2000 euros), devront nous être remboursée aux proratas des millièmes par la copropriété !
Les toits ont besoin d’être entièrement rénovés mais, ils peuvent être réparés en un premier temps afin de budgétiser la réfection par la suite.

3) Par ailleurs je vous avais parlé d’une fuite d’un tuyau d’eau sur mon palier … De même aucune réaction de votre part…pourtant, là c’est bien un plombier qu’il faut envoyer !

4) Puis je vous ai sollicité au sujet des portes de mon bâtiment qui tombaient en morceaux, vous m’avez enjoint à m’en occuper seule avec mon copropriétaire de ce bâtiment (M. (...)), m’expliquant que de toute façons ces frais nous concernaient nous seuls et qu’il était aussi bien de ne pas passer par vous pour éviter toutes surfacturation... Nous nous sommes exécutés, et avons supporté seuls les frais, car notre sécurité au quotidien en dépendait…L’interphone de cette porte ne fonctionne plus il faudra y remédier.

5) Autre point : le digicode de la porte sur rue est cassé depuis des mois, la serrure a été arrachées, la dite porte reste donc en permanence ouverte, cet état d’insécurité et la saleté que ces portes ouvertes engendrent sont inacceptables ! Il faut régler ce problème et opter pour une solution efficace et durable. J’ai pour le moment demandé à un voisin de reposer une serrure et je vais demander aux habitants de faire faire la clé mais je ne sais pas encore si cela fonctionnera… ceci n’est pas mon travail mais le votre…

6) Comme je le mentionnais plus haut, lors de notre entrevue je vous ai demandé d’organiser rapidement une assemblée générale, vous m’aviez assuré qu’elle aurait lieu en novembre... Il n’en fut rien, à nouveau… Il était, par exemple, question de voter la mise en place de compteurs divisionnaires pour l’eau lors de cette AG. En effet, actuellement les frais d’eau sont partagés avec ceux du commerce au prorata des millièmes liés à la surface des locaux et non à  l’activité de ceux-ci ! Ce n’est pas cohérant et inacceptable pour le reste de la copropriété. Des Compteurs divisionnaires doivent être installés immédiatement, la copropriété n’a pas à payer les frais de ce commerce. Cette installation impliquera une réfection du système d’arrivée d’eau et de vidanges qui est également vétuste.

7) En outre le commerce engendre de nombreux autres désagréments pour la copropriété. Je sais que sous différentes casquettes vous êtes également (...) du fond de commerce via deux sociétés différentes mais les intérêts eux sont bien réunis puisque la copropriété semble devoir soutenir et subir l’activité de ce commerce… Cette situation apparait d’ailleurs comme peu claire et à la limite de la légalité… Je me renseigne législativement à ce propos…

Les voisins (les locataires de M. (...) de mon bâtiment et M. (...)) s’en plaignent également, j’ai recensé ici la liste des problèmes liés au commerce :

*Les aérations des caves sous le commerce, ont êtes condamnées dans les deux bâtiments, laissant ainsi l’humidité abimer les immeubles, elles doivent être ré ouvertes. De même l’effondrement des sols du commerce à l’époque a probablement été due à la mise en place d’un four beaucoup trop lourd et donc formellement interdit d’utilisation dans ces bâtiments, le règlement de copropriété le stipule clairement d’ailleurs.. « Aucun objet trop lourd ne peut être utilisé sous risque d’effondrement »…aujourd’hui des colonnes sont plantées au milieu de ma cave, certes nécessaires suite à cet effondrement mais inutiles si il n’avait pas eu lieu.

*L’activité produit beaucoup de bruit et de chaleur. Ces désagréments ne doivent pas être supportés par les riverains, c’est au commerce d’isoler suffisamment ses locaux.

*La cheminée d’évacuation, complétement vétuste et partiellement en amiante, est accolée à mon logement et l’évacuation se trouve à 2 mètres de ma fenêtre. La cheminée est maintenue par... des fils de fer !!! Elle s’est déjà effondrée par le passé et ne manquera pas de recommencer à la moindre tempête. De plus ces attaches fragilisent les cheminées, qui ont été déjà plusieurs fois êtes « réparées », il est nécessaire de modifier d’urgence cette installation, enlever les fils de fer des cheminées et respecter la loi qui impose une distance de 8 mètres entre une évacuation de commerce et un bâtiment habité.

*L’activité ne respecte pas d’horaires, le bruit des machines et d’incessants allers et venues toute heure du jour et de la nuit sont une vraie nuisance.

*La cour est très sale, et cela est en partie du fait de l’activité du commerce, en effet les déchets du commerce sont jetés dans toutes les poubelles, quand ce n’est pas par-dessus ou autour, de la farine et autres éléments non identifiés jonchent le sol et le rend immonde et glissant... J’ai à ce propos contacté allo-aglo, service régional du ramassage d’ordures, qui en un premier temps va se mettre en contact avec vous ((...) du commerce) et avec le commerçant  pour qu’il utilise un bac spécial commerce et suive la règlementation.
A la vue de tout ce que ce commerce fait subir aux voisins, la moindre des choses serait de s’impliquer activement dans la propreté de la cour et des poubelles… ce n’est pas le cas. Au dire de mes voisins, le précèdent commerçant nettoyait toutes les poubelles et la cour régulièrement et respectait des horaires strictes qui permettaient notamment au l’immeuble de refroidir… La cohabitation avec les copropriétaires posait alors beaucoup moins de problèmes.

8) Les poubelles… autre soucis du quotidien : plusieurs habitants ne s’en occupent JAMAIS, un locataire que j’ai interpellé m’a répondu qu’il préférait payer quelqu’un… Je souhaite contacter tous les copropriétaires pour les sensibiliser sur ce point, merci de me communiquer par retour de courrier les noms et coordonnées exactes de tous les copropriétaires, la loi m’autorise à les détenir. Si aucune amélioration n’est trouvée, peut-être devront nous effectivement payer quelqu’un pour s’en occuper plutôt que d’attendre que les rats s’installent d’avantage.

9) Enfin à propos des relevés de charges que vous m’avez envoyé, certains points demandent à être expliqués. En effet, d’abord « entretient/recherche » de fuite l’assurance des dits occupants doit prendre cela en charge et en tout état de cause, vous m’avez signifié que les 2 bâtiments n’étaient solidaires que pour les toits, les murs, l’assurance et l’eau et l’électricité… ces frais ne m’incombent donc pas. Puis la dératisation et désinfection… est aussi assez mal venue d’être facturée aux copropriétaires quand le commerce jette du pain directement dans les poubelles (ce qui n’est pas règlementaire) et de la farine au sol… Enfin les frais généraux administration syndic, nous semblent également très élevés par rapport au suivit effectué, et surprenants… les photocopies ou les travaux informatiques ne sont pas compris dans les honoraire du syndic ? La banque prélève 15 euros par mois ? Ces frais nécessitent un peu d’explications, nous (M. (...), M. (...) et moi-même) serons ravis de comprendre lors de la prochaine AG.

J’attends donc quelques explications et un nouveau calcul avant de vous régler les dites charges.

Apres seulement 6 mois de résidence dans la copropriété  je suis déjà exaspérée par l’absence de gestion de votre part… je comprends mieux les autres copropriétaires qui la subisse depuis des années…
Dans l’attente d’un retour rapide et efficace de votre part, je vous remercie pour l’attention que vous voudrez bien porter à mon courrier et pour l’application avec laquelle vous réglerez les problèmes ici décris.

Salutations.

(...)
M (...) et M. (...) copropriétaires se joignent à moi pour vous demander de faire votre travail rapidement.

Mes (...) locataires espèrent également une meilleure gestion du lieu où elles résident.

(...)"

Tag(s) : #Syndic SDC, #Cohabiter avec les commerces

Share this post

Repost 0